Le point de croix d’Evelin Kasikov, à mi-chemin entre le design graphique et l’artisanat

evelin

Qui a dit que le point de croix était démodé ? Pour certains, le point de croix n’évoque guère plus que le passe-temps favori de leur grand-mère ou l’ancêtre du pixel, faisons taire ces mauvaises langues. L’heure est venue de vous présenter le travail fascinant (et je pèse mes mots) d’Evelin Kasikov. Cette jeune femme prend un malin plaisir à tester les limites de l’artisanat et de l’impression en intégrant à ses travaux… de la couture !

Née et élevée à Tallin (Estonie), Evelin Kasikov est diplômée de l’Académie des Arts d’Estonie, où elle a étudié les techniques d’impressions et les arts graphiques. Puis, après avoir passé une dizaine d’années à travailler dans la publicité, elle décide de s’installer à Londres et de reprendre ses études dans la prestigieuse université artistique Londonienne, Central Saint Martins. En 2008, elle en sort diplômée d’un master en Design de Communication.

C’est au cours d’un de ses projets de master qu’Evelin a développé “CMYK embroidery”, une méthode bien à elle qui consiste à créer des images imprimées avec pour seuls outils du fil et une aiguille. Ce concept est une technique d’impression manuelle qui fait ressortir les fils bleus (Cyan), rouges (Magenta), jaunes (Yellow) et noirs (black=Key) imitant ainsi les motifs de l’impression offset.

Voici la première broderie CYMK d’Evelin Kasikov, regardez un peu ! (si seulement mes premiers essais pouvaient ressembler à ça !).

bureau

Recto et verso. Photos de Sarah Roesink

Ce travail, entièrement fait à la main, est extrêmement complexe et rationnel. En regardant de plus près, on s’aperçoit que tout a été méticuleusement calculé et que chaque fil est à sa place : même les couleurs varient selon le nombre de fils. Oh la la, je n’ose même pas imaginer le temps que cela a dû lui prendre pour arriver à ce résultat !

Son approche est analytique. Evelin Kasikov fait usage des connaissances et compétences qu’elle a apprit et développé (typographie, grilles, impression offset et techniques de design) pour inventer sa propre technique, qui ressemble énormément à l’impression offset à l’exception près qu’elle y intègre la broderie.

Si la technique “CYMK embroidery” a été développée lors d’un projet académique à Central St Martins, Evelin Kasikov l’a définitivement intégré à ses travaux. En voici quelques exemples, pour le plaisir des yeux :

Sans titre

CMYKembroidery-by-EvelinKasikov10_905

Une des créations de la série

The Process of Print

Evelin Kasikov travaille sur de nombreux projets tous plus intéressants les uns que les autres, dans divers domaines.

Par exemple, elle a récemment créé cette série d’illustrations brodées mettant en avant les tendances mode Printemps-Été 2014 pour le magazine ELLE Singapour. Comme vous pourrez le voir ci-dessous, tout l’inspire et rien ne l’effraie. Reproduire par la couture les motifs des plus grands créateurs de mode semble être un jeu d’enfants pour cette artiste. L’importance que la designer graphique donne aux fils met en lumière le textile (plus que le vêtement), comme pour nous rappeler que la mode est avant tout un art… du fil.

ELLE_SG_Evelin_Kasikov10_905 ELLE_SG_Evelin_Kasikov11_905 ELLE_SG_Evelin_Kasikov12_905 ELLE_SG_Evelin_Kasikov15_905

J’ai découvert les œuvres de cette artiste estonienne sur cet article consacré à son Portrait Project. Ce projet rassemble une série de 12 portraits brodés main. Ces images, qui ont toutes la même grille, sont créées en utilisant différentes méthodes et épaisseurs de fil. Ainsi même, Evelin Kasikov invente une technique de point de croix à son image. En effet, alors que le point de croix classique consiste à coudre à l’aide de petites croix pour former une image, Evelin utilise toutes sortes de formes géométriques telles que des étoiles, carrés, et autres lignes diagonales de toutes tailles et couleurs pour reproduire le portait de ses amis.

Portrait_Julie_Katrine_Andersen-by-EvelinKasikov-1_46_905 Portrait_Maria_da_Gandra-by-EvelinKasikov_905 Portrait_Rafa_Pavon-by-EvelinKasikov_905

Portrait_Sarah_Roesink-by-EvelinKasikov1_28_905 Portrait_Stefanie_Posavec-by-EvelinKasikov_19_905Portrait_Jill_Tytherleigh-by-EvelinKasikov_905

Pour terminer, je vous invite vivement à consulter Printed Matter, il s’agit de son projet de fin d’études à Central St Martins qui mélange les techniques manuelles au design graphique ; mais également le travail Analogue/Digital, qui propose une représentation tactile de nos modes de représentation. Toujours basés sur la technique de broderie CMYK, ces deux projets unissent l’artisanat à la technologie et sont tout simplement splendides !

http://lefilconducteurinenglish.files.wordpress.com/2014/04/ma-books-by-evelinkasikov17_905.jpg

http://lefilconducteurinenglish.files.wordpress.com/2014/04/screen-vs-print-by-evelinkasikov4a_905.jpg

Evelin Kasikov est une artiste très productive, allez vite voir son site

All pictures © Evelin Kasikov 2006–2014.

/ INTERVIEW /

 

Quel est ton premier souvenir de couture ? Quel âge avais-tu ?

Ma grand-mère avait quelque chose que j’avais cousu quand j’étais petite. C’est une petite serviette avec des motifs pré-imprimés qui devait venir d’un kit pour enfants. Je n’ai pas de souvenir de moi en train de le coudre mais vu comme les lignes sont bancales… je devais être très jeune.

Est-ce qu’il t’arrive de penser à la tournure qu’aurait pris ta vie si tu n’étais pas venue à Londres ?

J’ai recommencé mes études après avoir travaillé dans l’industrie pendant presque 10 ans. Si je n’avais pas été acceptée à St Martins, je suppose que j’aurais continué ce que je faisais et travaillerais encore comme Directrice Artistique.

Quelles sont, selon toi, les qualités requises pour réaliser de tels projets ? As-tu toujours été une personne patiente ou est-ce quelque chose que tu as dû apprendre ?

La patience, bien sûr. Mais il n’est pas obligatoire d’être aussi précis que moi pour broder. En revanche, cela prend du temps. Personnellement, je n’ai jamais eu à apprendre quelle technique que ce soit. Je viens d’Estonie et là-bas, les pratiques artisanales font parties d’une grande tradition. Je pense que cela vient de mon identité.

Peux-tu nous donner une idée du temps que tu passes sur un travail ?

Ça dépend vraiment de ce sur quoi je travaille. Récemment j’ai cousu de simples lettres sur des boites à imprimer, ça m’a pris 20 minutes pour chaque lettre. Et en même temps, je travaille sur un projet personnel à long terme, une sorte de livre cousu. Je l’ai commencé en 2011, donc cela fait déjà 3 ans que je travaille dessus…

Duquel de tes projets es-tu la plus fière ?

De mon projet de fin d’études, Printed Matter. C’est avec ce projet qu’est née l’idée de la couture graphique, ça remonte à 2006. Je suis fière de ce concept, de son originalité et de son ampleur (j’ai vraiment réalisé des livres et posters entièrement cousus à la main). Bien que j’avais déjà vu quelques personnes faire des illustrations brodées, ça ne courrait pas les rues à ce moment là, et personne ne semblait travailler la broderie d’une manière aussi graphique et analytique.

Sur quoi travailles-tu en ce moment ?

Sur beaucoup de choses : Je suis Book Designer et je travaille sur 5 livres en ce moment. Du côté cousu des choses, je travaille sur un livre expérimental comprenant des échantillons de couleurs brodés selon la technique CMYK. C’est une espèce de guide Pantone tactile. Comprenant plus de 500 échantillons et combinaisons de couleurs, il s’agit plus un exercice de maths que d’artisanat. Je sépare mon travail de Book Designer et mes illustrations brodées, mais ce projet rassemble les deux.

Tu as déjà travaillé pour de grandes entreprises et des marques de grandes renommées (The New York Times Magazine, The Guardian, Wired Magazine UK …), y a t-il quelqu’un pour qui tu rêves de travailler ?

Il y a tellement de choses que j’aimerais faire : coudre une pancarte, travailler pour une collection de mode, voir mes broderies animées… et j’aimerais vraiment concevoir une couverture pour Eye Magazine ! Mais, étant donné que je suis quelqu’un d’extrêmement timide lorsqu’il s’agit de contacter des gens pour le travail, c’est possible que cela n’arrive jamais.

Te considères-tu comme une personne “anti-écran” ? Existe t-il une forme de rejet des écrans dans ton travail ou est-ce simplement que tu adores les techniques manuelles ?

Non, pas du tout, je suis Book Designer, mon ordinateur est mon outil principal et aussi étrange que cela puisse paraître, j’adore InDesign. Je ne suis pas une personne manuelle du tout, je ne fais pas de DIY et je préfère acheter mes vêtements dans des boutiques, je vais au plus simple. La broderie m’intéresse lorsqu’elle est associée au design graphique, ce qui m’intéresse le plus c’est la typographie tactile.

Est-il possible de voir tes oeuvres exposés quelque part ?

Pour l’instant, seulement sur mon site, ou si jamais tu es de passage à Londres, n’hésites pas à me contacter et on ira discuter autour d’un café à Greenwich. Je suis toujours contente de montrer les travaux en cours.

 

Merci beaucoup et très bonne continuation à toi Evelin !

Publicités

2 Commentaires

  1. J’adore ce que fait Evelin Kasikov !
    Et cet article est de loin le plus intéressant que j’ai pu lire sur son travail. Un grand bravo à toi !
    Je suis ravie par la découverte de ce blog !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :